Initiation

"Il monte de la terre au ciel et il redescend sur terre en recueillant la force des choses supérieures et des choses inférieures." (Table d’Emeraude).

Les effets se produisent dans le monde physique et que les causes se créent dans le monde métaphysique.

Il y a d’abord la “Virtus” sacrée, transmise traditionnellement et régulièrement au sommet visible de la Grande Pyramide par le précédent détenteur de la dignité royale et sacerdotale du Rite. Il y a ensuite l’acceptation en totalité de la plus pure tradition, qui désigne, dans le rite sacrificiel, le seul moyen pour l’homme moderne d’atteindre les niveaux supérieurs de l’esprit et de tenter, avec les qualifications acquises au fur et à mesure, la réintégration individuelle. Puis vient le rite sacrificiel, utilisé selon les principes de correspondances, de liaison sacrée, de transcendance, du rythme en harmonie avec le rythme cosmique. Traditionnellement, c’est la “fides” de tous les adhérents qui leur permet de participer à la virtus du sommet. En fin, on retrouve l’action rituelle.

L’homme ayant perdu le point de référence de son propre centre se trouve dans une crise d’identité grave. Ceci, l’ayant complètement détruit, il est nécessaire de le recomposer. Le mythe d’Osiris décomposé en 14 morceaux, il a besoin de sa recomposition pour retourner en vie, est toujours actuel. Isis, la veuve de la maçonnerie égyptienne, recueille les morceaux du corps d`Osiris, le recompose en lui redonnant vie par l’action qui nécessite le rite sacrificiel. C’est la réalisation de la pierre cubique tirée par la pierre brute. L’Homme ressuscité n’est pas complet; bien que reconstitué, il est sans phallus, il ne peut pas engendrer, sa virilité spirituelle est presque complètement perdue. Il n’est ni mâle ni femelle, il est un hybride qui n’arrive pas à rester debout comme l’Apollon de Cyrène. Bien que reconstitué et ressuscité, il se tient dans la croix horizontale, incapable de se tourner vers la croix verticale. Pour cela, il a besoin d’ultérieures purifications, méditations, rites sacrificiels adéquats, qui peuvent lui restituer sa virilité spirituelle perdue. C’est ce qui est tenté dans les chambres qui suivent la zone de premier travail, dans lesquelles il parcourt le bras vertical de la croix au terme duquel il devient pierre cubique à pointe. Il s’agit d’un itinéraire difficile et hérissé de dangers. Pour formuler l’idée en harmonie avec la légende du Graal, du Chevalier Terrestre il doit devenir Chevalier Céleste. Il doit être pur, humble et doux, tous ses efforts doivent tendre à surmonter les nombreux obstacles qui tenteront de le faire dévier définitivement. C’est une lutte terrible à affronter contre sa propre personnalité, contre ses propres intérêts et ses conditionnements. Il doit assurer une forme d’esprit toute particulière, tournée vers la recherche du monde divin en soi, de la sacralité de sa propre vie et de tout ce qui l’entoure, évitant toute autre préoccupation. Il faut vouloir connaître à tout prix et s’appliquer en se préparant à ce que la connaissance se donne spontanément. C’est une préparation à l’événement qui se fait avec détermination, amour et sacrifice. Préparation qui portera d’abord sur la mentalité traditionnelle et sur la transmutation de la personnalité profane et chaotique en personnalité initiatique et rythmiquement ordonnée, et par la suite à la lente et continuelle progression vers la Lumière.

Les 90 grades de Misraïm et les 92 de Memphis sont conjoints, comprenant dans une nomenclature spéciale les grades clefs de toute échelle maçonnique. La première section de grades est dite maçonnique, elle comprend les trente premiers grades et se divise en deux séries, symbolique et philosophique. La série symbolique est constituée par la zone de premier travail sacré qui rassemble Loges et Triangles. Les ateliers travaillent dans les "Chambres" d’Apprenti de l’Art, Compagnon de l’Art, Maître de l’Art. Les grades sont ensuite regroupés ainsi: du 4ème au 7ème dans le Collège des Sublimes Chevaliers de la Voûte de Perfection, du 8ème au 11ème dans le Chapitre des Chevaliers de l’Épée, Parfait Maçon de Heredom (le 11ème étant le Chevalier R+C), du 12ème au 17ème dans le Sénat des Chevaliers du Soleil, Philosophes Hermétistes, du 18ème au 30ème dans le Conseil des Commandeurs des Astres de la Vérité. Du 30ème grade au 90ème grade, nous entrons dans une série qui culmine dans les Arcana Arcanorum. Les 30° 90° sont appelés ainsi Sublimes Maîtres du Grand Œuvre. Viennent ensuite les grades des membres des cinq Suprêmes Conseils, 31°90°91° patriarches Défenseurs du Rite, 32°90°92° Chevaliers Philalèthes, 32°90°94° Sublimes Maîtres Patriarches de Memphis, 33°90°95° Conservateurs et Grands Conservateurs du Rite.

Il reste deux grades correspondant à la fonction nationale de Grand Hiérophante Souverain Grand Maître, 33°90°96° et enfin à l’Empereur Souverain Grand Hiérophante, Souverain Grand Maître qui détient la souveraineté du Rite et dirige l’Ordre.

Au grade 8°-11°, le Queteur tente le passage des eaux. Il peut passer le pont qui unit les deux rives, mais il peut aussi tomber dans les eaux sans espérance.

Au grade 12°-17°, une fois les eaux passées il peut affronter la voie alchimique, et au grade 18°-30° la voie astrologique et cabalistique.

A partir du 30°-90°, il commence à opérer avec les forces des éléments, et par la suite avec les forces supérieures. Le Rite sacrificiel, qui agit sur les plans subtils, le protège et l’aide parce que l’action rituelle permet l’ouverture des deux canaux, l’un qui fait monter du bas vers le haut la fides et l’autre qui fait descendre du haut vers le bas la virtus, comme cela est dit clairement dans la Table d’Emeraude. Il est bon, cependant, de faire très attention. C’est le fondement du Rite de savoir que les effets se produisent dans le monde physique et que les causes se créent dans le monde métaphysique, c’est pourquoi rien ne se produit ici-bas qui, avant, ne se soit produit à l’audelà.

Par le Rite, le monde supérieur est mû depuis le monde inférieur, et vice-versa. Dans la Table d’Emeraude il est dit: "Il monte de la terre au ciel et il redescend sur terre en recueillant la force des choses supérieures et des choses inférieures." De là vient l’indispensable présence chez l’opérateur des qualifications originales de légitimité et d’authenticité qui garantissent la validité du Rite et préservent la communauté des dommages causés par les interventions de forces inconnues et non désirées ou par la libération de forces infernales incontrôlables. Le Sacré ne peut pas être manipulé impunément. Le but du Rite est la répétition des lois de la Nature en tant qu’imitation de l’ordre cosmique, qui consiste à réitérer le mystère de la divinisation de l’homme, de la génération surnaturelle d’un dieu en relation avec l’expérience de la mort et de la résurrection. En harmonie avec ce qui vient d’être dit plus haut, et du fait qu’il est totalement projeté vers la spiritualité, l’Antique et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis n’a pour fins ni le lucre ni un quelconque pouvoir socio-politique. En effet, il se désintéresse de la politique et place toutes les confessions religieuses sur le même plan, en ce sens qu’il les admet toutes avec la même dignité.