Rite Féminin

``Mon Frère, voici les gants destinés à la femme représentant la polarisation parfaitement opposée en soi, c`-est-à-dire, celle de la Lune.``  (Compris au cours de l`initiation Maçonnique en l’Ancien et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis.)

``Veuillez offrir ces gants à l`Homme en qui vous tenez valeur et affection.`` (Compris au cours de l`initiation féminine, Maçonnique en l’Ancien et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis.)

Le S.·.G.·.S.·.A.·. propose un Rite Égyptien féminin, qui contrairement à bien de cas, n’est pas un rite "au rabais", mais un rite spécifique, en quatre grades, résolument opératif, probablement l’un des plus beaux, des plus intéressants rites maçonniques féminins.

Les rituels sont directement inspirés par ceux de Cagliostro. Les principes qui régissent du Rite sont ceux de l’initiation féminine dont on retrouve trace dans le monde antique, où les vestales, sybilles et autres prêtresses connaissaient l’importance du feu inextinguible et de la coupe divine, et la nécessité de leur éternelle protection. Le Rite Égyptien Féminin diffère des Rites mixtes qui donnent la même initiation aux femmes qu’ aux hommes, s’appuyant sur une fausse interprétation du concept d’égalité, il considère que dans le domaine initiatique, il n’est pas question d’égalité ou d’inégalité entre deux êtres, chacun, face à toute la manifestation, possède ses propres valeurs, sa propre dignité. La loi de manifestation est la diversité qui ne pousse pas vers l’identique dans lequel les différentes parties du tout deviennent un dans la promiscuité, mais veut que chaque partie soit toujours davantage elle-même, exprimant ainsi sa propre façon d’être. C’est exactement la spécificité en question reconnue de la femme qui met au Rite Égyptien Féminin toute sa valeur. Ainsi, l’adoption du Rite Égyptien Féminin par l’Ancien et Primitif Rite Oriental de Misraïm et Memphis ne constitue pas une subordination mais plutôt le signe d’un lien commun avec l’Ordre Divin et l’Ordre Humain.